TAHAR DJAOUT

Poètes

Tahar Djaout
Par Mustapha Boutadjine.
Paris 1994 – Graphisme-collage, 40 x 30 cm

Titre

Par Hamid Tibouchi
Poète et peintre

PENSÉES, NEIGE ET MIMOSAS
à Tahar Djaout,
mon frère poète parti trop tôt

Des mots
En cascade

Longuement
Tu les as sucés
Tu les as aimés
Tu les as armés
Tu les as crachés

Les mots
Penses-tu
Ça n’a jamais
Tué
personne

Alors tu t’amuses
À les rouler
Dans ta bouche
À les faire voler
Au vent
À les faire glisser
Sur l’eau
À les confier à l’écho
Qui les répercute
D’un versant à l’autre
De la vallée

Le mot Oiseau
Le mot Rivière
Le mot Désert
Le mot Genêt
Le mot Migrateur
Le mot Canicule
Le mot Silex
Le mot Cataclysme
Le mot Espoir
Le mot Résurrection
Le mot Vérité

Tu les as fait sonner
Dans ta tête
Tu les as chuchotés
À ta lune
Tu les as couchés
Sur papier
D’emballage
Taché de jus
De nèfles et d’abricots
Tu les as imprimés
À l’encre rouge

Bonheur
Extase
Orgasme
Plénitude

Tu crois comme ça
Que les mots sont
Inoffensifs
Qu’on peut les dire
Et les redire
Et se guérir
Et guérir même
Ceux que l’on aime

Avec
Des
Mots

Mais qui a dit
Que les mots
N’ont jamais tué
Personne

Tout ce que l’on peut
Écrire sur toi
Et les mots
Et le quotidien atroce
Bien sûr
Est dérisoire
Et tu le sais
Et me pardonnes
Ce n’est que
Jonglerie
Littéraire
Vaine

Et me voilà
Glissant sur
Veine
Jugulaire
Sur sang
Et guerre
Et carnage
Et mépris de l’Homme
Et
Mort

Tiens
Toi au moins
Sans doute
Sais-tu
Maintenant
Ce qu’il y a
Derrière
Ce mot

Peut-être même
Qu’en ce moment
Vieux chat
Sauvage
Tu es juché
Sur mon épaule
À lire ce que
Je griffonne
À ton propos

Et que
Tu te marres
Parce que je ne sais
Plus écrire
Parce que je ne
Peux plus écrire
Vu que
Ce que nous vivons
Est monstrueux
Et que tout
Ce que nous pouvons
Dire ou penser
Ou crier même
Ne pourra désormais
Qu’être
Creux
Et
Vide
De
Sens
Et
Plein
D’impuissance
Alors
Salut frère
Vieux choucas
À nuque grise
Et si tu peux
Prie
Pour nous
Les morts-
Vivants
De la Grand-route
Et
À-Dieu-vat !