HÔ CHI MINH

Insurgés

Hô Chi Minh
Par Mustapha Boutadjine
Paris 2015 – Graphisme-collage, 130 x 95 cm

Un homme-peuple

Par Alain Ruscio
Historien

Il paraît bien frêle et timide, ce jeune « Annamite », au milieu des messieurs moustachus et barbus, très IIIe République, dans une salle de réunion un peu enfumée, ce 26 décembre 1920. « Annamite » ? Oui, c’est comme cela qu’on persistait, alors, à nommer les Vietnamiens. Nous sommes à Tours, parmi les militants socialistes qui s’apprêtent à franchir le grand pas : l’adhésion à l’Internationale communiste. Et le jeune homme s’appelle (ou plutôt se fait appeler : pour semer la police, il avait déjà changé deux ou trois fois de nom) Nguyen Ai Quoc. Et deviendra, deux décennies plus tard, Hô Chi Minh (encore un – définitif – pseudonyme). Que dit-il à ses camarades ? « Nous voyons dans l’adhésion à la IIIe Internationale la promesse formelle du Parti socialiste de donner enfin aux questions coloniales l’importance qu’elles méritent. » Chaque formule est soigneusement choisie : « … promesse formelle… enfin… questions coloniales… méritent… ». Et ce Nguyen Ai Quoc / Hô Chi Minh n’aura plus de cesse, sa vie durant, de mettre en application cette promesse d’attaquer sans cesse, sous tous les angles, le colonialisme, l’impérialisme et le racisme. À Tours, il n’avait pas hésité : il devint communiste. Et le resta jusqu’à la fin de sa vie.

Cette vie ne peut être résumée. Hô Chi Minh a parcouru, durant son existence, cent fois ce qu’un homme du commun parcourt, il a vu un nombre incalculable de pays, il a côtoyé les plus grands, mais aussi une masse de sans-grade, de sans-voix, d’hommes du peuple. Militant infatigable de l’Internationale – nous disons bien : « militant », le contraire d’un apparatchik –, il vécut une grande partie de cette existence dans la clandestinité, recherché par la police française, toujours dans le plus grand dénuement matériel, parfois dans la misère.
Jusqu’à son retour au pays, en 1941. Et à la proclamation, à la face du monde, de l’indépendance de son pays, le 2 septembre 1945. Que l’on essaie d’imaginer l’étonnement du monde, à ce moment. Qu’un « petit » peuple, par la voix d’un inconnu (le nouveau pseudonyme, Hô Chi Minh, ne date que de 1942), ose défier la France, alors l’un des « quatre Grands », que la notion même d’indépendance d’un peuple colonisé soit ainsi fièrement proclamée, dépassait l’entendement. Et pourtant…
C’est ce « petit » peuple qui va montrer la voie à tous les « damnés de la terre », qui va ouvrir une brèche, qui ne se refermera plus, dans le système de la domination du colonialisme français, puis de l’impérialisme mondial.

Les étapes en sont connues : Diên Biên Phu, ce « Valmy des peuples colonisés » comme le dira plus tard le leader algérien Ferhat Abbas, puis, après la capitulation d’une France épuisée, la résistance inouïe à la machine de guerre surpuissante des États-Unis, qui sema, quinze années durant, la désolation, avec des millions de tonnes de bombes à fragmentation, de napalm, d’obus chimiques – dont le terrible agent orange, qui fait aujourd’hui encore des victimes, même parmi les enfants qui naissent, quarante ans après.
Et le peuple vietnamien a résisté. Et nous, les peuples du monde, avons protesté. Viêt Nam… Que de fois, dans les rues de nos villes, avons-nous crié ton nom ! Cette lutte, un homme l’a symbolisée. Cette résistance, un homme l’a personnifiée : Hô Chi Minh. Il était devenu le « grand oncle » respecté des progressistes du monde entier, et bien au-delà de ces rangs. Dans les rues de Paris, de Stockholm, de Moscou, de Pékin – mais aussi de Washington –, son portrait était brandi. Entre les foules de manifestants, pas besoin de parler la même langue. Il suffisait de scander : « Hô, Hô, Hô Chi Minh ! »

Jusqu’au bout, il garda un comportement digne, presque tranquille, face à la guerre, aux misères, aux malheurs, mêlé à une foi indestructible en la victoire finale, qu’il inculqua à son peuple, jusqu’au moindre paysan des rizières, jusqu’au plus jeune combattant du front.

Et puis… « l’oncle Hô est parti à la mi-automne », comme l’avait écrit si bien Madeleine Riffaud. Le 2 septembre 1969, Hô Chi Minh ferma les yeux à jamais. Son peuple, mais aussi ceux du monde entier, sentirent qu’un des grands hommes du siècle venait de disparaître. Oui, grand homme. Mais, à la réflexion, l’oncle Hô dépassa largement ce concept : il était un homme-peuple, cas rarissime dans l’histoire.