DJAMILA AMRANE-MINNE

les Femmes d’Alger

Djamila Amrane-Minne
Par Mustapha Boutadjine
Paris 2012 – Graphisme-collage, 100 x 81 cm

La voix sans timbre

Par Amina Amrane
Historienne de l’art

Jean El Mouhoub Amrouche, évoquant la voix de sa mère, écrivait : « C’est une voix blanche et presque sans timbre, infiniment fragile et proche de la brisure ; (…) chaque jour plus inclinée vers le silence. (…) En elle tout est amorti et intériorisé. » Je ne peux m’empêcher d’entendre la voix de ma mère dans ses mots. Je ne peux m’empêcher de penser à tous ces visages silencieux, à cette galerie de portraits magnifiques et tragiques.

À toutes les violences insensées et inavouables que ces femmes ont dû taire. Toutes ces voix sont « presque sans timbre » pour mieux se fondre entre elles, pour se faire voix de toutes celles, sans visage et sans nom, qui ont lutté et qui luttent encore. C’est à toutes ces femmes inconnues que ces portraits de Mustapha Boutadjine rendent hommage. Pour ma mère, reste le sentiment terrible et amer de la défaite, spectatrice impuissante d’un monde où le colonialisme et l’infamie n’en finissent pas de livrer leurs hordes de sacrifiés.
En 1947, âgée de huit ans, Danièle Minne s’installe avec sa famille dans la campagne tlemcénienne. Elle y découvre une Algérie d’injustice et de misère. Cette immersion dans le monde rural colonial fait de l’exploitation et de l’aliénation d’un peuple la révolte profondément. C’est ainsi qu’elle rejoint, à l’âge de seize ans à peine, la lutte sous le nom de guerre de Djamila et intègre, en pleine bataille d’Alger, le groupe de Moh Arezki Bennaceur (dit Toufik). Activement recherchée, elle monte au maquis en wilaya III. Elle est aide-soignante et se trouve de nouveau en contact avec les populations rurales meurtries et dépossédées. Le durcissement des conditions de vie dans les maquis kabyles après la mise en place des zones interdites et le déclenchement des grandes opérations militaires motivent la décision du colonel Amirouche d’évacuer femmes et étudiants vers la Tunisie. En novembre 1957, lors du tragique trajet qui les conduit vers la frontière, elle est arrêtée aux côtés de ses compagnons de lutte, tandis que Raymonde Peschard ainsi qu’une dizaine de maquisards du convoi sont exécutés. Elle sera condamnée à douze ans de prison. Elle en fera près de six et sera libérée à l’indépendance.