MUMIA ABU JAMAL

Black is toujours beautiful

Mumia Abu Jamal
Par Mustapha Boutadjine
Paris 2000 – Graphisme-collage, 130 x 95 cm

Le droit à la vie

Par Jacky Hortaut
Co-animateur du collectif français Libérons Mumia rassemblant une centaine d’organisations et de collectivités publique

Journaliste noir américain, Mumia Abu Jamal a été condamné à mort en 1982, à l’issue d’un procès raciste et expéditif dont l’iniquité est internationalement reconnue (Commission des droits de l’homme de l’ONU, Amnesty International, Parlement européen). Accusé d’avoir tué un policier, il a toujours crié son innocence. Figure emblématique du combat pour l’abolition universelle de la peine de mort, sa situation suscite depuis plus de trente ans une mobilisation sur tous les continents. Par deux fois, en 1995 et en 1999, il fut l’objet d’une ordonnance d’exécution mais l’ampleur de la protestation empêcha l’irréparable. Après trois décennies passées dans l’enfer du couloir de la mort, en octobre 2011, la Cour suprême des États-Unis rejetait enfin le recours de l’accusation qui demandait sa condamnation à mort irrévocable. Cette décision mettait un terme aux procédures judiciaires dont le seul objectif était l’exécution de ce journaliste résolument engagé contre toutes les formes de racisme, de discrimination et d’injustice. Saluant cette première victoire de la mobilisation internationale, le Prix Nobel de la paix Mgr. Desmond Tutu déclarait :
« La peine de mort étant écartée, le déni de justice doit être reconnu et Mumia libéré ! »
Pour autant, Mumia n’a toujours pas obtenu le droit à un nouveau procès pour défendre son innocence. Il est condamné à mourir en prison car sa peine a été commuée en prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle. De plus, l’acharnement de l’état de Pennsylvanie n’a pas de limite pour broyer cet homme, à l’exemple de la loi votée et promulguée en octobre 2014 pour l’empêcher de parler et d’écrire, et par voie de conséquence priver tous les prisonniers de Pennsylvanie de leur droit d’expression. Cette nouvelle atteinte aux droits fondamentaux, contrevenant même à la Constitution des états-Unis, fait l’objet d’un recours en abrogation à l’initiative de Mumia et d’autres prisonniers, mais également de journalistes et d’associations de défense des droits civiques et humains.
Cette affaire n’a que trop duré car elle est un défi au droit le plus élémentaire de l’Humain dans un pays démocratique : celui de pouvoir défendre son innocence dans des conditions judiciaires équitables. C’est ce qui conduit ses soutiens du monde entier à exiger l’intervention du gouvernement des États-Unis pour qu’il prenne enfin ses responsabilités. Notre objectif est désormais d’obtenir sa libération sans condition.